cliquez pour activer le zoom
loading...
Nous n'avons trouvé aucun résultat
ouvrir la carte
Vue Feuille de route Satellite Hybride Terrain Ma position Plein écran Prev Prochain
Recherche Avancée
Vos résultats de recherche

Anecdote d’un courtier immobilier, première édition!

Posté par Olivier Maurice sur 6 mars 2017
0

Il m’est arrivé une histoire la semaine dernière qui m’a inspiré une nouvelle chronique: Anecdote d’un courtier immobilier. Je ne peux pas vous dire à quelle fréquence j’écrirai à ce sujet, mais ça sera chaque fois qu’une histoire pourra servir à vous faire comprendre mon métier au travers d’histoires spéciales! Allons-y!

 

Je visite une propriété à vendre par le propriétaire avec des clients. Une très belle propriété, bien situé.. vraiment impeccable! La propriété est inscrite à un prix raisonnable (elle vaut environ 10000$ de moins que le prix inscrit!). Suite à la visite, mes clients décident de faire une promesse d’achat. Leur but, conclure à la juste valeur marchande! Je m’empresse d’aller présenter la promesse d’achat. Les vendeurs décident qu’ils veulent un prix supérieur à la valeur marchande et que la rétribution à mon contrat achat est trop élevée et qu’elle doit être diminuée de 66.66%. Je leur dis que cela ne fonctionnera pas et que le prix qu’ils désirent est trop cher et qu’en plus je ne travaille pas gratuitement. Après 60 minutes, nous nous disons au revoir en se disant que c’est dommage mais que ce sont des choses qui arrivent.

 

Jusqu’à ce point, rien de bien spécial. Il est monnaie courante de ne pas arriver à s’entendre et il est dans le droit des vendeurs de ne pas vouloir payer un salaire au courtier. (même si je suis en désaccord). J’ai même pris le temps d’expliquer l’entièreté de la situation à mes clients acheteurs qui sont bien évidemment déçu, mais cela fait parti de la game!

 

Surprise! Deux jours plus tard, mes clients ont reçu la visite des vendeurs. Les vendeurs ne comprenaient pas le refus de mes clients et ont tenté de les convaincre de ne plus faire affaire avec moi pour avoir la maison. De plus, ils ont laissé sous-entendre que cela était de ma faute car je ne voulais pas accepter leur proposition de diminution de salaire. Les vendeurs croyaient que j’avais omis de transmettre cette information aux acheteurs. Aussi, ils ont dit certaines choses que je n’écrirai pas ici car je trouve les propos méchants et gratuits! (les propos n’étaient pas contre une des parties en cause mais un commentaire général!)

 

Après cette visite surprise, mes clients m’ont appelé. Je peux vous dire qu’ils ont beaucoup moins le goût d’acheter cette propriété là et j’ai perdu beaucoup de respect pour des gens que je trouvais pourtant fort sympathique! Voila un bel exemple où un courtier n’aurait pas laissé son client commettre cette erreur!

 

J’espère que vous avez apprécié cette première anecdote d’un courtier immobilier.

Laissez une Réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Comparaison de biens