cliquez pour activer le zoom
loading...
Nous n'avons trouvé aucun résultat
ouvrir la carte
Vue Feuille de route Satellite Hybride Terrain Ma position Plein écran Prev Prochain
Recherche Avancée
Vos résultats de recherche

Le salaire des courtiers immobiliers

Posté par Olivier Maurice sur 31 août 2017
77 commentaires

Petite nouvelle dans le Journal de Montréal il y a quelques jours. Un courtier immobilier gagnerait un peu plus de 100000$ par année selon cet article. J’écris ce billet pour vous apporter un éclairage différent et pour donner de l’information juste à tous ceux qui pensent devenir courtier ou bien qui croient que c’est facile faire beaucoup d’argent en étant courtier immobilier.

 

Selon les données disponibles, je calcule plutôt que le salaire brut d’un courtier immobilier serait plutôt d’environ de 66,000$. (voir tableau ci-dessous)

 

Nombre de courtiers (source: OACIQ): 14 800
Nombre de transactions  (x2 “côtés (inscription et collaboration)”) (Source: FCIQ): 78200 x 2 = 156 400
Valeur moyenne par transaction: (Source: FCIQ) 250,000$
Commission moyenne par “côté” (commission moyenne de 5%): 2.5%
Revenu moyen: ( (Nombre de côté/courtier) * (valeur moyenne * commission moyenne) 66 044$

 

Par expérience, la règle du 80-20 s’applique très bien au courtage immobilier. Cette règle stipule que 80% revenus sont encaissés par 20% des courtiers. Par conséquent, plusieurs courtiers sont au alentour ou sous la moyenne de revenu calculé ci-dessus. De plus, il ne faut pas oublier que les chiffres sont bruts: c’est-à-dire avant dépenses! Avant de faire 1$ de revenus, un courtier a des dépenses fixes d’au moins 8000-10000$ annuellement (permis, assurances, cotisations professionnelles, frais de bureaux minimum). De plus, sur un chèque de commission, il y a des frais de dossiers devant être payé. Un courtier ayant le chiffre d’affaire tel que stipulé dans l’article du Journal de Montréal peut s’attendre à avoir un revenu net d’environ 70,000-80,000$.

 

Plusieurs d’entre-vous diront que c’est bien un revenu net de 70,000-80,000$. Or, un courtier travaille souvent 50-60h par semaine avec des horaires de soir et fin de semaine. De plus, le revenu d’un courtier immobilier n’est pas garanti. Il doit continuellement travailler pour aller chercher de la clientèle. J’ai bien essayé la pensée magique, mais la clientèle n’est pas venue à moi. J’ai toujours dû travailler pour me bâtir une clientèle et même après 14 ans dans le métier, je continue car rien n’est acquis!

 

Pour vous donner un exemple concret de ce que peut vivre un courtier débutant, je vais vous raconter mes débuts en immobilier il y a 14 ans de cela. Ma 1re année, j’ai eu des revenus brut de 32,000$! Vous avez bien lu, 32,000$. Après dépenses, je ne gagnais pas beaucoup plus que le salaire minimum. Tellement que j’ai distribué des journaux pendant 4-5 mois au début pour pouvoir subvenir à mes besoins. La 2e année, j’ai doublé mon chiffre d’affaire et j’ai gagné environ 65,000$. C’est à ma 3e année que j’ai enfin réussi à dire que je vis du courtage en gagnant environ le salaire décrit dans l’article. Or, pour des gens qui quittent des emplois avec un bon revenu (parlons ici de 75,000$ net par an), attendre 3 ans avant de retrouver le même revenu, c’est difficile. Depuis ce temps, je me maintiens à un niveau de revenu qui me satisfait et qui me permet d’avoir un bel équilibre travail/famille.

 

De la cohorte de 15-20 “futurs” courtiers avec qui j’ai fait mon cours, plus de la moitié ont abandonné la profession dans les 2 premières années. Je crois qu’il n’en reste que 4 ou 5 toujours dans le milieu du courtage immobilier. La plupart ont engloutis des sommes d’argent importantes en ne touchant peu ou pas de revenus. Comme quoi le métier n’est pas si facile que cela.

 

Bien sur qu’une minorité de nouveaux courtiers réussis très bien en débutant car ils ont les bonnes aptitudes et/ou les contacts, mais on parle ici de l’exception plutôt que la règle.

 

En conclusion, j’espère que vous aurez eu un éclairage différent du métier de courtier immobilier et que vous comprenez un peu mieux la réalité du métier. Le salaire potentiel d’un courtier immobilier est infini, à condition de mettre les efforts et d’avoir les bonnes aptitudes. Cependant, beaucoup sont appelés, mais peu sont élus.

77 thoughts on “Le salaire des courtiers immobiliers

  • Laila
    sur 26 janvier 2018

    Un gros merci pour votre article, je commence le cours en courtage immobilier et vous avez répondu à plusieurs de mes questions

    • sur 26 janvier 2018

      Je suis disponible si vous avez d’autres questions!

      • Jim
        sur 28 décembre 2018

        Es ce que les courtier fond 3000,000 a 400,000 par annee sont rare

        • sur 30 décembre 2018

          Environ 15-20% des courtiers font plus de 200,000$ brut. Or, le chiffre le plus important est le net!

          Qui est plus riche entre celui qui fait 250,000$ brut qui donne un net de 75,000$ et celui qui fait 125,000$ brut pour un revenu net de 85,000$?

      • Gaelle
        sur 2 octobre 2020

        Bonsoir, je suis tomber par hasard sur ce forum car je car je faisais des recherches sur les différents types de débouchés en immobilier. J’aimerais rentrer dans le monde de l’immobilier et je veux savoir dans un premier temps pour quelqu’un qui veut se lancer quel est le métier en relation avec l’immobilier qui donne un salaire fixe, juste le temps de prendre ses repères d’être un peu plus à l’aise dans le domaine avant d’être à son propre compte comme vous les courtiers ? En gros es ce que après une formation en rapport avec l’immobilier je peux être directement dans une agence en tant que gérante et non le terrain ?

        • sur 6 octobre 2020

          Un courtier immobilier est une travailleur autonome. Certaines équipes engagent des courtiers et peuvent payer des salaires.

  • Benoit
    sur 19 avril 2018

    En général , un courtier immobilier peut faire combien de ventes par année ? Est il possible de travailler à temps partiel le week-end?
    Merci

    • sur 19 avril 2018

      Un courtier peut faire autant de vente qu’il le désire!

      Le travail a temps partiel est possible mais non souhaitable car c’est un travail très accaparant.

  • Victoria
    sur 25 avril 2018

    Bonjour

    Je termine mon secondaire et je pensais m orienter vers un cours en courtier immobilier ayant de l experience en vente….
    Je voudrais savoir si a la base un courtier immobilier a un salaire horaire minimum ou s il ne vie que des comissions des ventes?

    Merci de m éclairer

    • sur 26 avril 2018

      Un courtier est payé à commission uniquement et doit trouver lui-même sa clientèle.. très différent de la vente en magasin

  • Christopher
    sur 4 août 2018

    Est ce que c’est à peu près la même chose pour les courtiers hypothécaires?

    • sur 5 août 2018

      Je ne suis pas courtier hypothécaire, mais je vais demander à un courtier hypothécaire s’il a le temps de venir répondre. Il est clair que c’est différent d’un courtier immobilier, mais il y a quand même des frais, dépenses et obligations importantes!

  • Maxime
    sur 20 août 2018

    Bonjour, merci de votre arctique car il ma aider. Je suis au secondaire et je trouve ce métier fort intéressant. Par contre, jai un questionnement sur le revenue non Égale ya til une chance de faire faillite? et aissi qu’est-ce que ca fait detre lier a un agence? Lui doit-on quelque chose?

    • sur 20 août 2018

      Un courtier est l’équivalent d’un entrepreneur. Sa marchandise? Lui-même. Il est possible qu’un courtier soit en difficulté financière s’il ne gère pas bien ses finances.

      Le courtier est lié à une agence car la loi l’exige. Il doit donc payer des frais mensuels en échange de “services” rendus par l’agence. Un courtier peut agir à son compte selon certaines dispositions. Cependant, en agissant à son compte, il y a plusieurs obligations à respecter qui demandent temps et argents.

  • P. Antoine
    sur 1 septembre 2018

    Bonjour,
    Depuis quelque temps, je pense vraiment à m’orienter vers un emploi plus flexible: orientation clientèle, avoir un salaire acceptable pour une mère monoparentale. Connaissant mes atouts, j’ai l’intention de m’inscrire bientôt aux cours de courtier immobilier résidentiel….je n’ai aucun contact dans ce secteur: une vrai DÉBUTANTE!

    À quoi devrais-je m’attendre.

    Bien à vous!
    ;

    • sur 4 septembre 2018

      Le métier de courtier immobilier est plaisant et les possibilités sont illimités. Cependant, il faut savoir que ce n’est pas facile et qu’il faut travailler fort pour réussir. Il faut avoir un bon sens de l’organisation et être capable de vivre avec les fluctuations de revenus, surtout la première année.

      Aussi, il faut éviter de croire les rêveurs qui vous font à croire que tous les courtiers gagnent dans les 6 chiffres. Ce n’est pas la réalité!

  • Sam
    sur 16 septembre 2018

    Bon article! Mais cela mes constats que j’ai fait cette année car j’avais le besoin de vendre 3 condos …alors j’ai rencontré plusieurs courtiers, j’ai remarqué qu’ils ont tous des voitures de luxe et la majorité la voiture dépasse les 100k , est ce qu’un simple revenu de 70k peut faire tout ca ?

    • sur 17 septembre 2018

      Nous avons cette discussion régulièrement entre collègues.

      Il y a des voitures pour toutes les sortes de courtiers. Certains y attachent de l’importance mais d’autres non. Les courtiers conduisent souvent une voiture à leur image. Certains clients insistent pour avoir un courtier qui conduit la grosse voiture tandis que pour d’autres, c’est l’inverse, ils auront l’impression de se faire avoir. Il y en a pour tous les goûts!

      Là n’est pas le propos principal de votre commentaire. Si un courtier conduit une voiture à 100000$ et ne fait pas les revenus en conséquence, il y a un problème de gestion de finance personnel qui touche beaucoup les gens dans les dernières années. Combien de fois avons-nous vu des gens qui gagnent de bons revenus supérieur à la moyenne faire faillite? Trop souvent! Un courtier peut faire une très bonne année et l’année suivante une très mauvaise. C’est un des plus gros facteurs de risque du métier de courtier immobilier!

  • ayea sabbagh
    sur 20 septembre 2018

    bonjour, jai trop aimé votre article. est-ce que vous pouvez me dire sont quoi les étapes scolaires que vous avez fait après le secondaire. c’est tu un an au college, ou vous avez fait in BAC?
    merci bien,

  • ayea sabbagh
    sur 20 septembre 2018

    bonjour, j’ai trop aimé votre article, est-ce que vous pouvez me dire qu’est-ce que vous avez fait après le secondaire svp

    • sur 21 septembre 2018

      Voici les étapes à suivre pour devenir courtier: https://www.oaciq.com/fr/pages/devenir-courtier-les-etapes. Bien qu’un diplôme d’étude supérieur n’est pas exigé, il est souhaite d’avoir un ensemble de connaissance dans des milieux connexes à l’immobilier pour vous aider à réussir. De plus, il est important d’avoir des bonnes aptitudes en vente et avoir un esprit entrepreneur. Être courtier, c’est comme avoir sa micro-entreprise et le produit que vous vendez est VOUS!

  • Pierre-Alexandre Milot
    sur 25 septembre 2018

    Bonjour,
    merci beaucoup pour votre article!
    Je compte entreprendre le cours de courtier immobilier résidentiel sous peu et je me demandais qu’en est-il des frais a payer apres mes études ?
    Permis, examen etc ?
    Dois-je m’attendre a depenser 5k pour l’école et un autre 5@7k pour tt les depenses reliées au début de ma carrière ?

    2- Je ne trouve pas beaucoup d’infos pour les courtiers commerciaux? Comment deviens t-on le courtier en charge d’immeuble de plus de 6 logement ou de grand terrains agricole ou manufacture ?

    Merci

    • sur 26 septembre 2018

      Votre estimé de frais est bon. Cependant, il faut calculer entre 3 et 6 mois après votre début pour avoir votre premier chèque de rétribution (c’est un estimé car certains ont des chèques après 1 mois, d’autres après 9 mois). Alors, il faut prévoir vivre pendant ce temps là!

      Pour les courtiers commerciaux, selon la sur-spécialité, il faut voir. Personnellement, je fais beaucoup de locations et d’institutionnel mais je ne touche pas a l’agricole et aux fonds de commerce.

  • Kim
    sur 1 octobre 2018

    Bonjour,

    J’aimerais savoir si la situation est similaire pour le courtage commercial? Le revenu moyen est-il le même y a t’il un marché intéressant vs le nombre de courtier?

    Merci.

    • sur 3 octobre 2018

      Le marché commercial est différent dans la mesure où il y a plusieurs types de courtiers commerciaux. Les revenus sont souvent plus bas au début dans les grandes firmes car on débute comme un “junior” mais à long terme les revenus peuvent facilement être supérieur. Cependant, les dossiers sont très longs. Il n’est pas rare de passer 1 an sur un dossier avant d’être payé!

      Pour le multi-logements, ce n’est pas ma grande spécialité, mais c’est certain que c’est un marché niché où il faut avoir un excellent réseau pour réussir rapidement!

  • Benoit
    sur 23 octobre 2018

    Bonjour et merci pour l’article
    J’aimerais savoir combien coûte le cours en courtage résidentiel et combien de temps ça prends !
    Merci d’avance

    • sur 23 octobre 2018

      La durée du programme et son coût varient selon les endroits. Je vous suggère de prendre contact avec une institution de votre secteur. À cet effet, voici un lien avec les écoles offrant la formation:

  • benoit
    sur 30 octobre 2018

    Je recherches un site ou un article qui me donnerait la différence des agence après avoir suivi le cours de courtier immobilier

    Les coûts qu’un courtier doit payer par mois je crois ? J’ai entendu dire que ce éteins agence sont plus cher que d’autre ?
    Ya til un site qui donne les comparatifs?

    Merci encore de votre réponse

    • sur 31 octobre 2018

      Il n’existe pas de tableau comparatif pour la simple raison que chaque agence d’une même bannière peut charger les frais qu’ils veulent.

      Il y a 2 types de frais. Les frais fixes (ou mensuels) et les frais de transaction. Les frais fixes sont un montant mensuel que l’agence charge. Certaines agences chargent 0$ et j’ai vu jusqu’à 1300-1400$. Tout dépend des agences et/ou des services. Les frais de transactions vont de 99$ à 20-25%. Chaque agence fait un mélange des 2. Aucun frais mensuels avec des frais de transactions plus élevés. Frais mensuels plus élevés mais frais de transactions réduits.

      Selon votre profil, l’un ou l’autre des modèles peut être meilleur. Pour un courtier moyen, si on additionne le total des frais dans la majorité des agences, ce total sera assez équivalent.

      Il est important de considérer ce que vous obtenez en retour des frais payés. C’est bien beau payé des frais bas, mais s’il n’y a aucun encadrement, ça ne vaut pas plus. À l’inverse, si vous avez besoin de peu de services ou de coaching, pourquoi payer pour ce type de services.

      Bon magasinage d’agence!

  • Ana Lucia Barbosa
    sur 1 novembre 2018

    Excelente explication moi même, j’ai eu à arrêté ma licence, en ayant l’espoir de un jour retourner par passion a la profession. Avec plus experiência dans la compétition et moin de naïveté!

    • sur 1 novembre 2018

      Le métier de courtier immobilier n’est pas facile et la compétition sera féroce. Il faut beaucoup de travail pour réussir.

  • sur 30 décembre 2018

    Bonjour, je suis courtier hypothécaire et j’aimerais apporter mon commentaire. Je crois l’article très juste et aussi représentatif. La clientèle ne vient pas seul et le salaire peut être bien intéressant, mais représentatif au nombre de client. Donc il faut les bonnes aptitudes et contacts en effet. Il faut user de bon marketing dans notre réseau personnel, et opter pour le référencement. Trouver des partenaires (courtiers immobiliers, conseiller financier, comptable, etc) est la meilleure solution. Les frais sont les mêmes que le courtier immobilier (cotisation professionnel, permis, etc) mais les bureaux non obligatoires. Libre à vous de vous installer où bon vous semble (location à 400-700$/par mois à l’agence ou maison & usage des salles communes de l’agence). L’agence prend généralement 5% et l’equipe de 4 à 20% additionnel selon la performance. Les institutions financières ont une moyenne de rémunération de 1% du prêt hypothécaire. Sur un prêt hypothécaire de 100 000$ on peut recevoir 1000$. Il peut rester 750 à 900$ net.. Si on rétribue la source de référencement (la source doit avoir un permis de l’oaciq ou AMF), il peut en rester la moitié. Bref, il faut faire environ 75 dossiers minimum pour bien vivre du courtage. Soustrayez cela les dépenses. Comme dans l’article, la version du 80-20 est aussi juste selon moi. Je vous souhaite succès dans vos projets et bonne année 2019!

  • Mathieu Verville
    sur 5 mars 2019

    Bonjour, j’aimerais savoir si je peux commencer dans le domaine du courtage immobilier à temps partiel .comme ça je vais pouvoir arriver financièrement avec mon travail ?
    Un coupe que je ferai un salaire qui subvien à mes besoin je comptait vivre du courtage immobilier .

    • sur 14 mars 2019

      Il est très difficile de travailler et réussir le courtage immobilier à temps partiel. Il est possible de faire une transition au départ. Par chance, à mes débuts, j’ai réussi à être camelot. Je pouvais donc faire le travail de camelot de 4 à 6 le matin et du courtage le reste de la journée. Le travail de courtier immobilier demande une disponibilité constante alors il est difficile d’avoir un autre emploi en même temps.

  • Laurent
    sur 12 mars 2019

    Je pense qu’un autre élément important qu’il ne faut pas oublier c’est que pour les courtiers, la voiture est une dépense. Et comme ils sont travailleurs autonome, il peuvent donc en déduire une bonne partie de leur impôt. Je ne suis pas un expert en impôt des particuliers, mais il y a de bonnes chances qu’un paiement de voiture de 750$ par mois pour un courtier équivaut à un paiement entre 400$ et 500$ pour un salarié. Ça doit sûrement influencer le choix de certains courtier, …. surtout qu’ils passent beaucoup de temps dans leur voiture !

    Est-ce que je me trompe ?

    • sur 14 mars 2019

      Vous avez partiellement raison en effet! LA voiture d’un courtier est comme son bureau. Il est donc important d’avoir un véhicule confortable. Comme un courtier passe beaucoup de temps sur la route, il n’est pas rare qu’il se paie ce luxe! Or, je connais plusieurs courtiers qui ont des voitures raisonnables (on parle ici de voiture valant 25-35000$ neuf) Chacun son style.

      La voiture est une dépense déductible d’impôt au prorata de l’utilisation affaire. Règle générale, un courtier déduira entre 50 et 75% des dépenses automobiles sur ses impôts.

  • Amed
    sur 30 septembre 2019

    Bonjour , merci pour l’article
    Ma question c’est est-ce que un courtier immobilier dois pratiquer parfaitement la langue anglaise et française pour faire convaincre le client ?

    • sur 21 octobre 2019

      Un courtier doit être capable de communiquer avec tous les intervenants dans une transaction immobilière. En général, au Québec, le français est prédominant. Idéalement, il faut être bilingue et c’est encore mieux si vous connaissez une 3e, voir 4e langue! Cela vous aidera à vous démarquer!

  • Nic
    sur 24 novembre 2019

    Monsieur, merci pour vos informations “insider” du métier. Maintenant la question qui brûle sur mes lèvres depuis longtemps : comment obtenir les services de quelqu’un qui veut vendre sa propriété, on attend son coup de fil? Ou bien on peut proposer ses services même si la vente est déjà commencée en disant “je suis là si votre service de courtage actuel n’est pas satisfaisant”.

    En d’autres mots, comment savoir que quelqu’un est sur le point de vendre afin de se proposer rapidement comme courtier?

    Merci!

    • sur 24 novembre 2019

      Il n’y a pas de recette miracle! On doit se faire connaitre, parler au plus de gens possible! Bref, il faut faire des relations publiques!

  • Evie
    sur 18 février 2020

    je n’ai pas lu tous les commentaires mais….je vous félicite de leur répondre tellement franchement – la récompense va avec les efforts et la fiabilté sur les clients;

    je suis adjointe pour une firme COMMERCIALE depuis près de 25 ans; j’ai des courtiers qui ont fait fortune une année et que oups… les années se suivent mais ne se ressemblent pas; et bien entendu j’en ai plusieurs qui ont une constance dans leurs revenus;

    j’ai vu des débutants manger leurs bas. C’est vrai que la division commerciale est autre que le résidentiel;
    il peut travailler avec un client pendant PLUSIEURS mois avant que la transaction se conclue chez le notaire, et des fois après l’inspection, le changement de zonage qui a été refusé, ainsi de suite…. la transaction tombe; ça aurait été une belle commission mais….. et le pire c’est que probablement le temps qu’il passait sur cette transaction, il négligeait peut-être de se concertrer sur d’autres projets. Un client acheteur va le faire travailler sur un projet (ne fonctionne pas) essaie ailleurs – il faut de la détermination. Faites attention à vos clients….

    je vous parle du commercial, mais au résidentiel il faut faire attention aussi; il y a des acheteurs qui ne rendent pas compte qu’ils font travailler 3 courtiers en même temps; le client appele un courtier pour une maison, et en appelle un autre et en bout de ligne les 2 courtiers cherchent pour lui la maison rêvée…. de là l’importance d’une bonne ENTENTE de recherches

    pour tout vous dire… le métier dans le courtage c’est essouflant; RETENEZ que si vous savez vous organiser, vous réussirez; et j’espère que je n’ai pas découragé LES NOUVEAUX VENUS DANS LE DOMAINE;

    • sur 18 février 2020

      Je crois qu’il est important de donner l’heure juste et votre commentaire va en ce sens!

      • Justin
        sur 31 mars 2020

        Bonjour, croyez-vous que présentement avec la situation du Covid-19 cela aura beaucoup de répercussions sur les salaires des débutants courtier immobilier dans les prochaines années a venir. Le marché sera t-il moins bon? Le salaire donc moin bon? J’ai 16 ans et j’aimerais exercer cette profession après le secondaire et cette situation m’inquiète. Quel est votre point de vue? Croyez vous que sa sera plus difficile avec cette situation? Merci beaucoup!

        • sur 31 mars 2020

          Il y aura possiblement un impact à court terme. Vous êtes à minimum 3 ans de pouvoir être courtier. 3 ans, compte tenu de la situation actuelle, est une éternité. Se loger est un besoin primaire. À moyen/long terme, le marché devrait revenir bon. Je ne serais pas trop stressé.

  • Marie-Pierre
    sur 4 mars 2020

    Bonjour, je désire réellement m’orienter vers ce choix de carrière. Par contre, j’ai une question. Je me suis fait conseiller de m’associer avec un courtier immobilier plus âgé puisque je suis plutôt jeune. Qu’est-ce que cela m’apporte? De plus, qu’est-ce qui serait le plus “facile” et le plus payant entre courtier résidentiel ou commercial? Est-ce que c’est travail nous donne une bonne retraite? Ou allons-nous être dans la misère? Merci de répondre à mes questions.

    • sur 4 mars 2020

      Bonjour,

      Fonctionner en solo ou en équipe est un choix personnel. Certaines personnes préféreront travailler avec des jeunes, des vieux, des expérimentés, des “nouveaux”. À vous de trouver votre niche. Je vous recommande tout de même de vous associer à un courtier pour vos premières transactions dans le but de vous aider. De plus, il est important au départ d’être dans une agence qui offre du support.

      Il n’y a pas de courtage facile. Le résidentiel est plus stable en terme de revenus mais il y a plus de compétition et les horaires sont très variable. En commercial, on travaille moins les fins de semaine, les commissions peuvent être plus élevées mais les dossiers sont plus rares. De plus, avant de faire des “grosses” transactions commerciales, il va se passer des années. Un jeune courtier commercial devrait commencer comme junior pour apprendre la base du métier, sinon il risque de ne pas réussir!

      Pour ce qui est de la misère, je vous dirais qu’une majorité de courtiers abandonne la profession après quelques années car c’est dispendieux, ça demande beaucoup de sacrifice et ils sont mals encadrés! Nonobstant, c’est un merveilleux métier si vous avez les bonnes aptitudes et que vous n’achetez pas le rêve qu’une bannière voulant vous recruter vous vend!

  • TAHER
    sur 2 avril 2020

    Bonjour Olivier, quels sont les frais et les dépenses mensuels pour un agent immobilier débutant qui prévoit travailler dans une agence et quels sont les frais de publicité à payer par lui, comment dois je calculer mes dépenses pour la premières année

    merci
    TAHER

  • SImon
    sur 6 avril 2020

    Bonjour,

    Je me demandais si il était possible de pratiquer les deux carrières en même temps…courtier immobilier et courtier hypothécaire? Je voudrais me diriger là-dedans directement, mais si ce n’est pas légal je devrai choisir entre les deux.

    • sur 25 avril 2020

      Théoriquement, vous ne pouvez vous placer en situation de conflit d’intérêt et faire les 2 aspects dans la même transaction. J’ai vu très peu de gens réussir à faire les 2.

      À partir du 1er mai 2020, c’est l’AMF qui encadrera le métier de courtier hypothécaire.

  • Louis-Félix
    sur 23 avril 2020

    Bonjour, j’aimerais devenir courtier immobilier à Montréal. Est-ce que les frais mensuels d’agence sont très élevés pour un courtier à Montréal comparativement à ailleurs dans la région? (ROYAL LePAGE, Remax…) Pourrais-je avoir un barème approximatif des frais mensuels pour un courtier à Montréal? Si je termine mon cour à 20 ans, est-ce facile de rentrer dans le milieu ou si c’est difficile d’avoir un emploi à Montréal? Je sais que cela dépend pour chacun et du temps que l’on investi dans notre travail, mais en moyenne, un courtier immobilier avec de l’expérience peut s’attendre de vendre combien de propriétés à Montréal en une année?

    Merci Beaucoup!

    • sur 25 avril 2020

      Je crois que je l’ai mentionné à quelques reprises mais les frais annuels pour un courtier sont d’environ 5000$ à 15000$ selon les agences. (J’inclus les permis et frais d’association dans ce montant). Vous avez ce que vous payer pour. De plus, en plus des frais fixes, les agences prennent un montant sur chaque transaction de 100$ à 25% du montant reçu.

      Il est facile d’avoir un emploi comme courtier immobilier. Pour réussir, cela ne dépend que de vous.

      Je considère un courtier immobilier qui réussit bien à sa première année fera plus de 10 transactions. Un courtier “performant” fait en général plus de 25-30 transactions par année.

  • Matis
    sur 27 avril 2020

    Est-ce que le courtier peut toucher un salaire/horaire si il travaille avec une grande firme au lieu d’être indépendant? Et même s’il a un salaire/horaire, est-ce qu’il peut profiter d’une commission de vente ou c’est la firme qui l’empoche?

    • sur 28 avril 2020

      Certaines équipes de courtiers peuvent fournir un salaire de base plus bonus, mais c’est extrêmement rare. Pour un courtier moindrement performant, il sera fort probablement perdant au change dans le mesure où il fera moins d’argent que ce qu’il apporte à l’agence.

      Cette formule est bonne pour le courtier qui est excellent pour générer des rendez-vous mais n’a pas de succès à “closer” la transaction ou le contrat.

  • Louis-Félix
    sur 27 avril 2020

    Super, merci!

    Les frais d’environ 5000$ à 15 000$ sont des frais annuels ou mensuels?
    Merci encore une fois.

    • sur 28 avril 2020

      L’on parle sur une base annuelle. Le permis avec assurances coute environ 1700$. L’affiliation à l’association coûte environ 800$ + 70$/mois. Nous sommes déjà à 3500$. La majorité des agences charge un frais mensuel allant de 100 à 1000$. Ensuite, il y a des frais à chaque transaction.

      Règle général, une agence qui charge peu par mois se reprend sur les frais de transactions.

      Aussi, les charges des agences vont de pair avec le service offert.

  • sur 31 mai 2020

    J’ai adoré votre article et les réponses à tous les commentaires. Je comme le goût de me lancer, mais j’ai encore de jeunes enfants et pour moi la famille est important. C’est sûr que dans quelques années je ferai le cours et je relirai votre article pour apporter mes pieds à terre. Merci beaucoup!
    J’ai adoré :
    “Cependant, beaucoup sont appelés, mais peu sont élus.”

  • MME PLOUF
    sur 9 juin 2020

    BRAVO OLIVIER

  • rbadaz
    sur 15 juin 2020

    Merci pour votre patience et vos réponses .

  • Laurence
    sur 15 juin 2020

    Bonjour,

    Super intéressant comme article incluant vos réponses/commentaires. Merci!

    J’ai moi-même été agente immobilière à Londres, en Angleterre pendant 4 ans.
    Je viens me réinstaller au Quebec sous peu et j’ai quelques questions si vous êtes disponible puisque je devrai faire mon cours;
    Je me demandais s’il y a un cours mieux reconnu qu’un autre? Par exemple, si c’est mieux reconnu de faire le cours soit temps plein dans un collège/cégep plutôt qu’en virtuelle.
    Y’a t-il une différence question offre d’emploi une fois le cours terminé?
    Est-ce que certains employeurs recherchent spécifiquement ceux qui sortent d’un certain établissement?

    Merci de votre temps,
    Laurence

    • sur 16 juin 2020

      Je dois tout d’abord dire que je ne connais pas les programmes et établissements actuels pour les cours. Cependant, le choix d’un cours virtuel ou en personne est surtout personnel.

      Les courtiers sont des travailleurs autonomes et les agences ne cherchent pas de profils particuliers. Les agences immobilières vous offrent plutôt des outils pour vous aider à réussir (secrétariat, GED, formation, coaching, etc.).

      En tant que courtier, vous avez le choix de travailler seul ou en équipe. En équipe, vous donnerez un plus gros pourcentage de vos commissions mais vous devriez avoir des clients fournis. C’est une bonne manière d’apprendre pour certaines personnes.

      Personnellement, je travaille seul ou en duo pour certains dossiers car c’Est un style qui me convient. À vous de trouver le style qui vous convient!

  • Daniel
    sur 9 juillet 2020

    Bonjour,

    J’ai 51 ans. J’ai été et suis encore électricien dans la construction depuis près de 20 ans. Je commence a réaliser que le physique commence a ne plus répondre à la demande pour ce métier. Je parle français, anglais et espagnol. J’ai commencé a regarder un autre métier moins exigeant physiquement. J’ai une voiture électrique 2020, j’ai ma résidence dans laquel je pourrais y faire un bureau et qui est même zoné commercial.

    Je pensais commencer a temps partiel et continué entretemps dans la construction pour lentement aller vers juste le courtage. Je crois que les années qui vont suivre la crise sanitaire va entraîner un boom immobilier. Je suis monoparental, j’ai un enfant de 11 ans dont j’ai la garde complète et une fille de 3 ans dont j’ai la garde du Jeudi au dimanche.

    Croyez-vous que j’ai de bonnes chances? Et croyez-vous que j’ai une bonne vision des prochaines années? Et finalement, croyez-vous qu’avec les enfants, ce projet est faisable?

    • sur 14 juillet 2020

      Tous les projets sont réalisables si vous y mettez l’énergie requise. Vous seul savez si vous en êtes capable et si cela cadre avec votre personnalité!

  • Anais
    sur 13 juillet 2020

    La première année à combien s’élève les frais a payer à l’agence environ et les permis , les assurances et l’incorporation après avoir suivie notre cours et avoir passer l’examen ?

  • Dany
    sur 22 juillet 2020

    Bonjour,
    J’ai déjà un métier et une entreprise offrant du service professionnel. Quand j’ai acheté mon premier condo, j’ai remarqué que le courtier ne foutait pas grand chose et il a empoché un bon chèque d’environs 15k: j’avais moi même trouvé mon condo, il m’a seulement assisté pour la transaction. Ca me paraissait un peu trop facile tout ca. J’ai songé à faire ce cours pour devenir courtier immobilier . Mais après avoir lu tous les commentaires ici, c’est peu être pas une bonne idée faire 1 an de cours juste pour ça la.

    J’ai une bonne idée. Dites moi svp si c’est réalisable: JE ME CONVERTIE EN REPRESENTANT IMMOBILIER. Donc je travaille avec un courtier. Je trouve les clients; je fais les premiers étapes; lui il finalise le tout; il signe les papiers à son nom et on partage le magot….genre 50/50.

    Qu’en pensez vous

    • sur 22 juillet 2020

      Bonjour Dany,

      Pour faire votre 50%, vous devriez être détenteur de permis. Pourquoi ne pas aller faire votre cours et travailler comme courtier dans une équipe? Un courtier ne peut pas partager sa rétribution avec un non titulaire de permis, sauf exception.

      Le travail du courtier à l’air facile quand ça va bien. Aussi, vous voyez la rétribution totale remise au courtier, mais une fois que l’on fait le ménage dans cela (lire ici enlever le partage entre courtier du vendeur et de l’acheteur, les dépenses, frais et impôts), il en reste pas mal moins que cela!

      Olivier

  • Patrice Mercier
    sur 20 août 2020

    Bonjour Olivier, j’ai 31 ans et une entreprise en sous-traitance a mon actif depuis mes 22ans. J’ai géré au déçus de 50 employer et aujourd’hui j’en est assez.. jai un assez bon coussin financier qui peux m’aider à partir dans le domaine et je suis en mesure de subvenir a mes besoin durant au moins deux ans a moi et ma famille si je suis sans emplois bref ma question est faut-il un secondaire 5 pour être admissible au cours de courtage et est-ce que une équivalence peux fonctionner aussi.

    Merci

    • sur 20 août 2020

      Bonjour Patrice,

      Vous pouvez trouver les pré-requis ici
      .

      • Annie
        sur 8 septembre 2020

        Bonjour, je suis indécise a savoir si je choisit la formation courtier hypothecaire ou courtier immobilier. J’arrive pas a trouver les différences entre les frais, salaire, etc… j’ai deja une base en hypotheque et j’adore ce domaine. Deplus j’ai une formation en gestion financière. Les deux formations se ressemble. Pour m’assurer une avenir si je fais la formation courtier immobilier puis je également travail en tant courtier hypothécaire? Je sais cela est différent un vend les maisons et l’autre trouve le financement. Peut on travailler pour une agence immobilier en tant courtier hypothecaire. J’aimerais bien connaitre le comparatif des 2 metiers afin prendre une decision eclairee. Merci

        • sur 20 septembre 2020

          Il n’y a pas de bonne ou mauvais réponse. Il est possible de cumuler les 2 permis, mais il est possiblement plus payant à long terme de se spécialiser dans 1 des 2.

  • Hugo
    sur 26 août 2020

    Bonjour Olivier
    Merci pour l’article et le temps que vous prenez ppur répondre à chaque questuon. Au fait moi je voudrais devenir courtier hypothécaire , j ai une longue expérience en tant que conseiller financier et je suis bon en vente et negociation. En ce moment à la recherche du travail et j ai été approché par 2 banques (CIBC et Scotia) enfin d’occuper ce poste.
    Cependant Ils me demandent un plan de dévéloppement d’affaire et surtout queleques noms de courties immobiliers pour commencer.
    Le problème pour l’instant j’en connais et j aimerais avoir vos conseils sur comment me batir un bon réseaux des courtiers immobiliers, et c’est quoi le meilleur approche selon vous ?
    Merci davance

    • sur 20 septembre 2020

      La meilleure approche est de rencontrer des courtiers et d’offrir un excellent service. Comme toute “business”, cela prend du temps et demande beaucoup d’effort, surtout au début. Si vous êtes habitués à la vente, c’est toujours le même principe de base. La différence majeure est la longueur du “cycle de vente” en immobilier!

  • Ines
    sur 9 septembre 2020

    Bonjour,
    Je m’intéresse à la profession de courtier et j’aurais quelques questions pour vous.
    Premièrement, je suis dans la début vingtaine et je vois beaucoup de filles de mon âge courtière immobilier qui travaille en équipe avec un courtier d’expérience et même de renommée. Le listing du courtier d’expérience est le même que la leur (je suppose qu’il leur donne un pourcentage de sa commission et non 50-50) Je me demande si c’est une bonne façon et plus facile de procéder ou plutôt d’y aller seule?
    De plus, j’aimerais beaucoup travailler dans du résidentiel de luxe. Je sais qu’il y a des agences spécialisée dans le résidentiel de luxe (Sotheby’s etc.) est-ce que c’est possible de commencer dans ces agences si je viens tout juste de sortir de mon cours de courtier? Me conseillerez vous de commencer mes premières années dans une agence de moins haute gamme et ensuite de changer d’agence plus luxueuses?
    Merci beaucoup!!

    • sur 20 septembre 2020

      Il n’y a pas une seule recette. Chacune présente ses avantages et ses inconvénients. Je pense possiblement faire un article sur le sujet. Simplement dit, je crois que tout courtier débutant devrait avoir au minimum un/une mentor pour l’aider et le supporter. L’avantage de l’équipe est qu’elle est plus structurée, ce qui fait un peu office de mentor. Le gros hic des équipes, vous travailler pour grossir l’équipe et non votre business personnelle.

      Pour ce qui est de travailler dans l’immobilier de luxe, vous pouvez certainement le faire en sortant de l’école. Cependant, le marché du luxe est quand même assez différent du marché plus “modeste”. Disons qu’il faut avoir un excellent réseau et des finances solides pour commencer car iil n’est pas rare d’avoir des délais de ventes plus long dans le marché de luxe. Aussi, les dépenses sont généralement plus élevés quand on vend ce type de propriété.

Laissez une Réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Comparaison de biens